simo

19 mai 2005

big_md_i183690

L'attaquant du Barça s'est lâché dimanche soir. Il a insulté son ancienne équipe, le Real Madrid devant 100 000 supporters venus fêter le titre au Camp Nou. Ce dérapage a été vivement critiqué par la presse madrilène. Le joueur a présenté des excuses lors d'une conférence de presse lundi.

"Madrid, cabron, saluda al campeon". "Madrid, salauds, saluez les champions". C'est d'une drôle de façon que Samuel Eto'o, l'attaquant du FC Barcelone, a salué le titre de champion de son équipe dimanche. Alors que près de 100 000 socios étaient réunis au Camp Nou pour célébrer le titre acquis la veille à Levante, le Camerounais a prononcé cette phrase six fois au micro, avant que son co-équipier Gerard ne le lui prenne des mains. Une grande partie des supporters a bien évidemment repris en choeur ses propros.

Dès lundi, les quotidiens sportifs espagnols favorables au Real, comme As ou Marca, ne se sont pas privés de faire part de leur indignation. "Eto'o insulte Madrid", titre Marca en Une. "Le Camerounais perd le nord lors de la célébration de la Liga". Normal. Ce qui l'est moins, c'est que les journaux catalans ne se soient pas autant étendus, El Periodico relevant seulement la "critique" d'Eto'o envers le Real et La Vanguardia, sa "vengeance". "La seule chose qu'il ait faite avec ses propos, c'est d'encourager la violence" a déclaré à Reuters, le président de la fédération des associations de supporters du Real.

Eto'o est effectivement un ancien joueur du Real Madrid qui n'a disputé que quelques matches avec le club "merengue" et a été le plus souvent prêté (à Leganes, l'Espanyol Barcelone et Majorque). Mais cela ne justifie pas son comportement. Qui plus est de la part d'un joueur qui a aussi subi des insultes - racistes - dans les stades !

Lundi, il a présenté ses excuses lors d'une conférence de presse au Camp Nou. Il a précisé qu'il disait toujours ce qu'il pensait et qu'il regrettait d'avoir manqué de respect au Real, à ses supporters et à la ville de Madrid. Certes, c'est la moindre des choses. Mais au-delà de la rivalité entre les deux clubs et de la rancune du joueur envers son ancien club, un titre de champion n'excuse pas tous les comportements. Et encore moins des insultes qui encouragent la violence

Posté par Simo à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]